Le Post Infeeny

Les articles des consultants et experts Infeeny

Archives de Tag: Office 365

Activating Office 365 groups is not an option

 I see a lot of different reactions when it comes to Office 365 groups. But there is one thing that unites close from every IT department I know : deactivate it, hide it ! (and pray for users to not get aware of its existence). Caricature ? Maybe

Reasons ?

  • We are not ready
  • We can’t control everything yet
  • We have difficulties matching every tool with a use case
  • We only want users to have the tools we decided they needed

Here is why those arguments are irrelevant in my opinion.

growefficiently-turntocloud

Everything is built upon groups

This is SaaS. Microsoft is deciding (with feedback from users of course) what the future is. And Microsoft decided the future will be built upon groups.

Lots of features have rolled out, some others are rolling out right now. And not only for first release customers. The only way to go back to good old SharePoint Sites : stop Office 365.

We are building technical debt

Technical debt is something we fight a lot as developers. Every problem, every bug that we just hide will come back one day. And it will be far more difficult to fix. We all know what happens when we shut down some work because we have other priorities. We will always have other priorities.

One day we will have to activate it,  whether there is no more ability to stop it or because no tool works without. And it is going to hurt. A lot.

This is the perfect moment to prepare

Features are rolling out, one by one. It is easy to stay tuned, news after news. We still have time. The perfect moment to try it. To get feedback from users. To check which tools we prefer for our usages. To build our adoption strategy. We may be surprised, as users may prefer groups to the big SharePoint template we spent months building.

All the time we spend creating SharePoint branding that will be obsolete in 6 months. All the energy we spend trying to hide O365 features. We could be monitoring usages, communicating, building adoption strategies, building tools to do what groups don’t do.

What’s wrong with giving tools to users ?

Everything that is rolling out now is just a set of extra tools users can have. Why so much hate ? It’s like IT departments want to tell people a list of scenarios with a tool attached to each one. We want to control everything. We are control freaks. There are reasons we build procedures, of course. But sometimes we should let go.

Maybe users know better than us what they need. Maybe they are used to massive tooling in there private life. Maybe they are now using Slack + Dropbox + Trello and have the same features but without you monitoring it. Maybe they just need a go and will be delighted to use those tools. Maybe not. The best way to know is to go for it, and get feedback. Feedback, iterative or lean strategies are not only for startups !

What is the worst case scenario ?

Users creating an important amount of groups, and information is not well organized ? Users creating groups they shouldn’t create ? Users uploading top secret documents in external groups ?

We can have power users with a global vision of the team and responsible for organizing work and data. Those people are already organizing other content in their team.

We can classify groups to remind users about what content should be in each group. We will soon be able to apply policies with each classification.

Users are adults with responsibility on their actions. We don’t block  every action that could be possibility dangerous if maybe someone was doing something very stupid. Or it is not yet the case in my country. We should stop doing that in IT every day, treating users as brainless children.

If you really need to ensure some documents will never ever possibly get out of your company, there are true solutions.

So what now ?

We don’t have to use everything now. We don’t have to love every feature. We don’t have to stop everything we had and migrate to groups. But we have to get used to them. And I think we will finally love using them.

Why and how we started contributing to Patterns & Practices

Our journey with Patterns & Practices

Our journey with Patterns & Practices started when we first saw the project on GitHub, maybe two years ago. We already had our own internal framework so we just checked what this new tool could do for us. It clearly didn’t cover all our use cases, and we would still have to use our own framework.

Then I came to Ignite in 2015, and I saw Vesa Juvonen presenting the provisioning framework. It was like “Damn, it has grown a lot!”. We started using it as nugget package. It was still not covering all our use cases, but we were migrating our code slowly. As a lot of people were using this project, we found PnP functions more tested than ours, and it was great. We still had our framework tho, but it was disappearing.

But we still had issues:
        We couldn’t debug when we had a problem
        We had to wait for fixes, so we copied PnP functions in our framework to fix them for ourselves
        We had to go to GitHub and browse files to understand fully all we could do with this framework

Contributing

And then, we decided to fork the project (we are using PnP-Sites-Core as a fork, as this is the project we use the most). When you know git (and I really recommend reading at least the first three chapters of the git documentation if you are new to it), it is really fast to set up your environment for development.

Our contribution workflow is:

contribution-patterns-practices

1.      We locally clone our fork
2.      When we want to do some changes, we create a branch for this change that we merge to master when it’s ready
3.      We have a dev branch, created from the tracked PnP-Sites-Core dev branch
4.      When we have something interesting to propose we create a branch, get the commits from our master branch and create the pull request

We then just have to regularly get updates from PnP repositories, and reference our fork as a submodule in other projects.

This new approach has some advantages:
        Our whole team has a better understanding of how the project works
        We can debug
        We don’t have to wait for official fixes
        We can add our own code directly into the framework
        It’s exciting to take part of a bigger community 

5 pull requests merged so far, and a 6th waiting 🙂

 

Intégrer Yammer à SharePoint : Yammer Embed et API REST

Yammer offre deux modes pour son intégration aux sites et applications tierces : Yammer Embed ou une API REST. Voici un descriptif des possibilités offertes par chacun.

Yammer embed

Mode simplifié d’ajout de Yammer à un contenu HTML :

  • Un javascript Yammer à référencer
  • Un bloc HTML comme conteneur
  • Une fonction d’appel avec options


<div id="embedded-feed" style="height:800px;width:400px;"></div>

<script type="text/javascript" src="https://assets.yammer.com/assets/platform_embed.js"></script>
<script type="text/javascript"> yam.connect.embedFeed({
container: "#embedded-feed",
network: "mcnext.com",
feedType: "group",
feedId: "2211345"});
</script>

Note : il est possible d’obtenir cela très facilement en l’exportant directement à partir d’un groupe Yammer ou en utilisant l’utilitaire de configuration fourni par Yammer.

Fonctionnalités offertes

Les fonctionnalités offertes sont exactement les mêmes qu’à l’intérieur d’un flux Yammer :

  • Lecture de messages
  • Ecriture de messages avec pièces jointes
  • Like
  • Suivi
  • Partage
  • Réponse
  • Ajout de sujets
  • Se l’envoyer par email

Le rendu est fait dans une iframe dont la hauteur et la largeur sont fixes.

Les options disponibles

  • Réseau auquel se connecter
    Par défaut le réseau actif de l’utilisateur
  • Forcer la connexion au réseau principal de l’utilisateur, même s’il vient de visiter un réseau externe
  • ID du groupe Yammer utilisé par défaut lors de la saisie d’un nouvel élément
  • Texte à afficher dans la zone de saisie avant que l’utilisateur ait commencé à écrire son message
    Post-IntegrerYammer-TexteParDefaut
  • Type de flux :
    • MyFeed = flux de l’utilisateur
    • Group = choix d’un groupe à afficher par ID
    • User = choix d’un utilisateur à afficher par ID
    • Topic = choix d’un sujet à afficher par ID
    • Open Graph = commentaires sur l’élément courant (par exemple une page d’article ou un document). Plusieurs paramètres complémentaires sont disponibles pour permettre de choisir l’élément commenté, les métadonnées associées au poste…
  • Si le composant utilise le SSO

Modification de l’apparence

Le composant sera affiché dans une iframe et peut être sujet à modifications dans le futur : il ne faut pas chercher à modifier son apparence.

Il est néanmoins possible d’indiquer :

  • Si le header doit être affiché (nom du réseau)
    Post-IntegrerYammer-Header
  • Si le footer doit être affiché (option de déconnexion)
    Post-IntegrerYammer-Footer
  • Si le nom du réseau doit être caché dans le header : si le header est affiché, alors il indiquera un message neutre comme « Conversations Yammer » plutôt que d’indiquer le nom du réseau

API REST

Une api REST permet d’intégrer Yammer comme souhaité au sein de n’importe quelle application. L’apparence est alors complètement personnalisable puisque tout est à la charge du développeur.

Une documentation très complète et claire est fournie sur le site de développement Yammer.

Connexion

Il faut :

  1. Enregistrer l’application dans Yammer
  2. S’authentifier en utilisant le bouton Yammer ou en OAuth.

Une ID d’application est nécessaire pour la connexion. Tous les utilisateurs devront accepter l’application.

Limites d’appels

Le nombre de requêtes par utilisateur et par application est limité. Une erreur sera retournée lorsque l’utilisateur dépassera cette limite. La limite est différente selon le type d’élément demandé :

  • Messages = 10 requêtes en 30 secondes
  • Notifications = 10 requêtes en 30 secondes
  • Tous les autres = 10 requêtes en 10 secondes

Possibilités

Voici les différentes possibilités offertes par l’API REST :

Messages

Type de requête Description Commentaires
GET
  Derniers messages Il est possible de récupérer tout le thread ou uniquement le premier message de chacun.

·        Tous

·        Flux de l’utilisateur

·        Top

·        Suivis

·        Envoyés

·        Messags privés

·        Reçus

  Messages d’un thread
  Messages liés à un sujet
POST
  Ecrire un nouveau message ·        Corps du message

·        ID du groupe dans lequel poster

·        ID du message pour la réponse

·        Utilisateur à qui envoyer le message en privé

·        S’il s’agit d’un broadcast

·        Sujets

·        Pièces jointes

·        Objet opengraph associé

  Envoyer une copie d’un message par email à l’utilisateur courant
  Liker un message
DELETE
  Supprimer un message Par ID
  Unliker un message

Corps d’un message

  • Parsed : les URL sont telles quelles, les mentions d’utilisateurs sont mises sous la forme user:id
  • Plain : les URL sont telles quelles, les mentions utilisateurs sont sous la forme « Nom complet »
  • Rich : HTML à afficher, avec les balises <a></a> pour les URL

Propriétés d’un message

  • ID
  • ID de l’utilisateur ayant posté
  • Date de création
  • ID du réseau
  • Type de message
  • Type de sender
  • URL
  • ID du groupe
  • Body
  • ID de thread
  • Type de client (web, app…)
  • ID des utilisateurs notifiés
  • Message privé ou publique
  • Pièces jointes
    • ID
    • Type
    • Nom
    • Description
    • ID du réseau
    • URL
    • URL de la miniature
    • Type d’objet
    • Nom de l’objet
    • URL de l’hôte
    • HTML à afficher
  • LikedBy : nombre + liste des utilisateurs

Utilisateurs

Type de requête Requête Commentaires
GET
  Utilisateurs du réseau Paginée, triée par nombre de messages, nombre de followers ou alphabétiquement
  Utilisateur courant
  Utilisateur par ID
  Utilisateur par email
  Utilisateurs d’un groupe Paginée, triée par nombre de messages, nombre de followers ou alphabétiquement
  Utilisateurs ayant utilisé un sujet
  Utilisateurs ayant liké un message
  Relations pour l’utilisateur courant ou par ID Supérieurs, subordonnés et collègues
POST
  Créer un utilisateur
  Inviter un utilisateur au réseau Yammer actif
  Ajouter une relation
DELETE
  Supprimer un utilisateur
PUT
  Modifier un utilisateur

Propriétés d’un utilisateur

  • Email
  • ID
  • Réseau : ID, Nom, Domaines
  • Etat
  • Activation : Date, auto activé ou non
  • Nom complet
  • URL du profil
  • Image de profil (48×48)
  • Date de naissance
  • S’il est administrateur
  • Statistiques : nombre de followers, nombre de personnes suivies
  • Poste
  • Département
  • Emplacement
  • Téléphone de travail
  • Téléphone mobile
  • Intérêts
  • Résumé
  • Expertise
  • Diplômes
  • Entreprises précédentes

Groupes

Type de requête Requête Commentaires
GET
  Groupes suggérés
POST
  Rejoindre un groupe
DELETE
  Quitter un groupe
  Supprimer une suggestion de groupe

Suivi

Type de requête Requête Commentaires
GET
  Utilisateurs suggérés pour le suivi
  Vérifier si on suit un utilisateur
  Vérifier si on suit un thread
  Vérifier si on suit un sujet
  S’abonner à un élément
DELETE
  Se désabonner d’un élément
  Supprimer une suggestion d’utilisateur à suivre

Autres

Type de requête Requête Commentaires
GET
  Notifications de l’utilisateur courant
  Recherche Faire des requêtes de recherche, comme dans le portail Yammer
  Liste des réseaux auxquels l’utilisateur a accès

Comment la BI Microsoft est en train d’évoluer !

 

BI on-demand, Big Data, Cloud, Mobilité, Machine Learning, Social BI…. Décryptage !

 

Cet article a pour but d’expliquer l’évolution actuelle et à venir de la Business Intelligence Microsoft et de décrypter son écosystème pas si simple à appréhender. En effet l’émergence du cloud, de la mobilité, des «  big data » (réseau sociaux, e-commerce…) et de l’analyse qu’on peut en faire, le tout associé aux demandes avec des délais de plus en plus cours de la part des décideurs ont fait naître de nouvelles technologies de Business Intelligence plus modernes et qui pour certaines sont parfois en phase transitoire et en mode « preview ».

L’écosystème se découpe en 4 domaines et un ensemble d’outils associés comme le montre le schéma d’ensemble ci-dessous :

 

 

 

 

_MSBI

 

 

La BI On-Premise (traditionnel) :

Depuis plus de quinze ans Microsoft fait évoluer ses outils décisionnels « On-Premise » autour de SQL Server pour permettre aux sociétés de mettre en place eux même une solution décisionnelle d’entreprise centralisée, robuste et évolutive, en harmonie avec l’infrastructure locale existante et qui répond à des exigences à la fois de sécurité, de performance mais aussi de budget.

Traditionnellement, pour la conception d’un environnement décisionnel, une société peut faire appel à l’IT, on parle alors pour une solution « Corporate » d’entreprise. Mais un utilisateur final souvent appelé « Power User » peut également mettre en place une solution et devenir autonome dans la totalité ou une partie des phases d’un projet, de la conception jusqu’au déploiement.

Dans le dernier cas on parle souvent de solution BI « On-demand » ou « Self-service » et parfois personnelle si elle est conçu intégralement par l’utilisateur.

La suite d’outils BI traditionnels, et ceux-ci autour de la SQL Server, est composée :

  • Du moteur de base de données : SQL DB Engine
  • De l’ETL : SSIS
  • Du moteur d’analyse multidimensionnel : SSAS
  • Du serveur de rapports : SSRS

Pour la BI « On-Demand », Excel est l’outil de prédilection.

 

_BIOnprem

 

 

 

La BI « Corporate » :

Avec SQL Server et depuis la version 7.0, la plateforme BI Corporate de Microsoft est en perpétuelle évolution toujours dans un but d’être plus robuste, performante et avec de nouvelles fonctionnalités souvent inédites.

 

Aujourd’hui nous en sommes à la version SQL Server 2014 maintenant orientée « Hybrid Cloud » pour faciliter de manière transparente la gestion du stockage, des sauvegardes ou des transferts des données que cela soit sur site ou dans le cloud.

Microsoft a également conçu et développé depuis la version SQL Server 2012 un nouveau moteur d’analyse « In Memory » qui rend plus puissant le traitement des données, les calculs d’agrégats et des formules d’analyse en mémoire, ainsi que la restitution et l’analyse de données autant fines et « Tabulaire » qu’agrégées et en tableau croisé.

De plus, un nouveau type d’index « Column Store Index » permet d’améliorer considérablement les performances de chargement des entrepôts et son requêtage.

Enfin, SQL server permet de réindustrialiser dans SSAS les données provenant des cubes « On-demand », que nous verrons plus loin, conçus avec « Power Pivot », stockées en local dans Excel, de les exposer dans SharePoint pour donner la possibilité à l’utilisateur final de concevoir directement dans un site des analyses ad-hoc grâce au composant de « Data Vizualisation » « Power View » issu de SQL Server et intégré à un service SharePoint 2013.

 

En complément, pour permettre aux utilisateurs de mieux collaborer, la solution SharePoint 2013 permet, en plus de ce qu’on a vu au-dessus avec « Power Pivot » et « Power View »,  la mise en place de portail décisionnel, le partage des classeurs Excel d’analyse, l’intégration des rapports SSRS et l’utilisation des fonctionnalités intrinsèques à SharePoint comme par exemple la GED,  les intranets, les réseaux sociaux d’entreprise… Un petit plus dans SharePoint avec Power View : la possibilité d’exporter les « Dashboards » dans des slides Power Point en conservant l’interactivité et la possibilité de mettre à jour les données au sein d’une présentation.

Un service appelé « Performance Point » qui intègre entre autre l’outil d’analyse racheté à la société « Proclarity » n’est plus mis en avant.

 

_Collab

 

 

Dans la gamme des outils « On-Premise », un nouveau « petit » vient de naitre, il s’appelle « DataZen », il vient d’être racheté par Microsoft, il est fourni gratuitement à partir de la version SQL Server 2008 édition Entreprise avec la Software Assurance.

Comme « Reporting Services », « DataZen » est un outil de restitution, il comporte un « Publisher » pour permettre à l’IT de concevoir des rapports avant les déployer coté serveur.

Par contre, contrairement à « Reporting Services », « DataZen » est un outil orienté « Multi-device » et permet par exemple d’analyser des données sur tout type de tablettes ou smartphones (Windows, iOS et Android), puisque qu’il est compatible HTML5.

De plus, il a été conçu pour faire du « Dashboarding » plus que du « Reporting » opérationnel et fait partie de la gamme d’outil d’analyse visuelle de « Data Visualization ».

Enfin, il offre intrinsèquement la possibilité de faire de la BI collaborative en gérant des flux de commentaires entre les utilisateurs.

Petit bémol, il ne comporte pas comme « Reporting Services » les fonctionnalités de « push mail »  automatisé, l’intégration à SharePoint et le « Data Alert ». Par contre il permet contrairement à Power BI pour le moment de faire des analyses en mode déconnecté.

 

_Datazen

 

 

 

On voit bien que Microsoft a construit au fil du temps une véritable plateforme BI On-Premise solide et avec des évolutions permanentes. Aujourd’hui, IT ou l’utilisateur final bénéficie de toute l’expérience de l’éditeur, de la maturité et la robustesse de sa solution pour mettre en place ou utiliser un système d’information décisionnel d’entreprise accessible depuis partout (tablette, smartphone…) et en mode collaboratif.

 

 

La BI « On-Demand » :

Excel, l’outil idéal pour d’analyse des données « On-demand » a bien évolué. Si on regarde en arrière, avec la version Excel 2003, pour faire de l’analyse avec une connexion OLAP, on se restreignait qu’à un simple tableau croisé dynamique (« Pivotable »). Aujourd’hui avec Excel 2013, on a une véritable solution complète de Business intelligence personnelle avec ses outils permettant à l’utilisateur final de concevoir, comme avec l’IT et SQL Server, sa propre solution en libre-service composée :

  • D’un ETL : Power Query
  • D’un moteur d’analyse et son « Modeler » : Power Pivot
  • De deux outils de « Data Vizualisation » : Power View et Power Map pour l’aspect Géospatial

La philosophie de « Power View » et « Power Map » est de mettre en place comme Power Point un scénario, « Story Boarding » avec des slides, dans le but de faire une présentation issue de sa propre analyse et de faire en quelque sorte « parler les chiffres » ou faire du « Story Telling ».

Cette présentation peut être du « One-Shot » et être exposée qu’une seule fois par exemple à un Codir. D’où l’utilité en la mettant en œuvre rapidement avec Excel, outil très familier de l’utilisateur final, de ne pas passer par des cycles de conception et développement avec des délais qui peuvent parfois être annoncés comme importants par l’IT.

Par contre dans le cas où cette solution nécessite d’être stable, pérenne, sécurisée et partageable, il faut la réindustrialiser de Excel vers SQL Server grâce à des outils d’ « Import » qui existent.

 

_Collab2

 

 

 

La Business Intelligence dans le « Cloud » :

L’évolution des services dans le cloud, notamment autour de l’offre Azure de Microsoft, permet à l’IT maintenant d’une manière transparente de disposer de coûts d’administration mieux maîtrisés. L’infrastructure technique et applicative est plus robuste, performante et évolutive. Enfin les cycles de mise à jour sont plus courts et les opérations de maintenance et l’hébergement sont gérés directement par Microsoft.

 

Trois solutions vont être décrites dans la suite de cet article:

« IaaS »: Infrastructure as a Service

« PaaS »: Platform as a Service

« SaaS » : Software as a Service

 

La solution SaaS Power BI :

Elle permet de concevoir simplement une solution personnelle de Business Intelligence depuis Excel, avec les composants Power Query, Power Pivot, Power View, Power Map. Mais aussi depuis un concepteur dédié appelé « Power BI Designer » ou « On-Line » à partir du site powerbi.com avec un espace dédié et un compte associé.

Office 365 comporte également un site dédié Power BI où sont publiés et visualisés les rapports.

Les utilisateurs se connectent à des sources de données sur site ou dans le cloud pour mettre en œuvre plusieurs rapports et peuvent également les imbriquer simplement dans des « Dashboards ».

Plusieurs connecteurs sont nativement fournis comme par exemple Analysis Services, Salesforce, Univers Business Object, Dynamics CRM, Azure….

 

_CaptureDash

 

 

Une fois la solution publiée sur le site powerbi.com, les utilisateurs pourront depuis un mobile (iPhone et Windows Phone pour le moment) ou d’autres « Devices » se connecter à la solution pour visualiser leurs « Dashboards ».

Des fonctionnalités avancées existent également :

 

– « Q&A ». Une fonctionnalité de requêtage en langage naturelle (uniquement en anglais pour le moment) qui permet de poser des questions Ad-hoc sans connaissances techniques.

– «Data Refresh » permet de planifier la mise à jour des données au sein des rapports.

– « Data Management Gateway » permet de se connecter depuis le cloud à des sources « On-Premise » comme des cubes SSAS.

– « Data Catalog » permet d’exposer les données des rapports dans le cloud pour en faire des sources pour d’autres utilisateurs concevant des rapports.

 

 

powerbi4

 

 

Aujourd’hui Power BI existe en version Preview car il est en perpétuelle évolution, il peut être mis en œuvre et utilisé gratuitement, sauf si vous voulez utiliser les fonctionnalités avancées ci-dessus ou si vous dépassez la capacité limite de 1Go de stockage de données, d’un débit de 10k rows/ heures ou de cycle de rafraîchissement des données de plus de un jour. Dans ce cas le coût actuel est de 9,99 $ par utilisateur/mois.

L’intégration dans l’environnement Microsoft avec un « Designer » très convivial et ergonomique, la conception BI possible depuis Excel , des composants graphiques très riches, des « Dashboards » dynamiques et interactifs, des connecteurs très variés, la publication sur des mobile et tablettes, les cycles MS de mises à jour très réguliers font de Power BI LA solution personnelle et complète pour faire de la « Business Intelligence » « On-demand ».

Face aux solutions concurrentes Tableau Software et Qlik (ex QlikView), Power BI n’a rien à se reprocher.

 

 

La BI Mobile :

Avec les deux solutions « Power BI » et « Datazen » la mobilté cross-plateform est possible. Selon les usages, vous pouvez utiliser l’un des deux outils. « Power BI » est idéal pour le Cloud en mode connecté, gratuit selon certains critères ou avec un système d’abonnement et « Datazen » pour une infrastructure sur site et en mode connecté ou déconnecté, il est inclus dans les licences SQL Server avec la « Sofware assurance » Microsoft.

Une différence importante : pour concevoir un rapport avec Power BI, l’utilisateur n’a pas besoin d’être développeur, il peut le créer dans Excel ou le Power BI Designer. Pour « Datazen », il faut être développeur et être formé sur le « Datazen Publisher ».

 

 

mob

 

 

 

La Business Intelligence dans Azure (IaaS et PaaS) :

Autour des services de données PaaS et de la possibilité d’utiliser des VM dans des infrastructures  IasS ou des « Appliances » va simplifier le travail des administrateurs sur site et offrir des possibilité inédites pour faire par exemple des traitements de « Big Data » ou alors du Machine Learning sur des « Datacenters » mutualisés, ultra-puissants où la mise à jours des services pourra s’effectuer plus simplement.

L’offre IaaS :

Elle offre la possibilité de porter simplement son infrastructure local dans le cloud dans des VM et de pouvoir la superviser à distance et sans avoir à supporter les coûts de maintenance associés.

 

Les appliances APS :

APS ex PDW a été conçue conjointement par Microsoft et des architectes « Hardware » pour offrir la meilleur performance en MPP (Massive Parallel Processing) au sein d’une appliance. Elle offre également la possibilité d’intégrer sous le nom de HDInsigt le moteur NoSQL d’Hadoop pour des traitements « Big Data » et d’offrir au travers du moteur « Polybase » la possibilité de faire des requêtes en langage SQL pour ensuite exposer les données à des fins d’analyse.

 

L’offre PaaS :

Plusieurs  services de données ont été mis en œuvre dans Azure et sont accessibles via son portail. Ceux-ci sont mis à jour régulièrement et certains sont encore en mode « Preview ».

Pour le traitement des « Big Data », Microsoft a intégré dans sa plateforme Azure le moteur Hadoop de la société HortonWorks bien connu pour son architecture de données distribuées, HDFS, sous le nom de « HD Insight ».

Avec HD Insight », sont remodelés, la création de clusters pour la parallélisation des traitements de données, la mise en œuvre des process « Map/Reduce » pour tout type de transformation comme l’agrégation  ou le  nettoyage de données déstructurées comme par exemple le comptage de l’occurrence de mots parmi une multitude de messages comme des tweets, de sms ou flux RSS.

Pour ce faire le service ELT « Azure Data Factory » avec une interface très conviviale, permet d’ordonnancer tous ces traitements, il permet d’extraire des données sources, d’appeler des transformations en passant par des bibliothèques qui s’appuient sur les fonctions « Map/reduce » pour simplifier l’écriture du code. Par exemple « Hive » pour exécuter des traitements SQL DDL (CREATE…) ou DML (SELECT…) ou alors « Pig » pour appeler comme dans un ETL des fonctions de transformations (Agrégation, comptage, boucles,…) et enfin les charger dans des « Data Warehouses ».

Pour la gestion des entrepôts le service « Azure SQL Data Warehouse » peut être utilisé pour mieux exposer ses données à des outils d’analyse comme SSAS ou Power BI.

Dans le cas de besoins d’analyse ou monitoring temps réels et pour une prise de décision rapide, le service « Azure Stream Analytics » permet de traiter des flux de données très volumineux et avec un débit important comme des « Click Streams » provenant de site internet e-commerce par exemple, de les ingérer, les regrouper, agréger ou filtrer grâce à une bibliothèque de fonctions proche du SQL, pour ensuite les exposer à des fins d’analyse avec Power BI ou de Machine Learning. « Azure Stream Analytics » peut s’appuyer sur les services d’Azure de files d’attente « Event Hub » et « Services Bus ».

Enfin avec le service, « Azure Machine Learning », les « Data Scientists » peuvent faire de l’analyse prédictive dans le cloud et exposer leur résultats à des outils front ou des process via à un appel de « Web services ». Ce service permet de créer dans un concepteur dédié, appelé « ML Studio », des unités de traitement appelés expériences comportant une boite à outils pour créer des jeux de données sources, évaluer des modèles, les entrainer ou faire du « Scoring »,  effectuer tout type de transformations en mode graphique comme on le ferait avec SSIS mais d’utiliser aussi le langage R pour le faire et enfin produire les résultats statistiques et de probabilités.

 

 

_Azure3

 

 

 

Pour mettre en œuvre tous ces services il existe un système d’abonnements dont le coût varie selon un ensemble de paramètres comme la volumétrie, le temps, le débit….

 

Vous constatez  que maintenant, avec l’offre PaaS BI dans Azure, il existe un kit de services clef en main de plus en plus matures, robustes et performants pour traiter des données de  Business Intelligence en Back Office surtout pour des process associés au « Big Data » au temps réel et au « Machine Learning ».

 

 

 

A venir :

Comme vous avez pu le constater, le paysage autour de la Business Intelligence Microsoft c’est pas mal transformé depuis ces derniers temps et il continue encore. SQL Server 2016 est annoncé avec de nouvelles évolutions comme l’unification de « BIDS » et « SSDT », l’intégration de HDInsight et Polybase qui n’étaient actuellement que dans APS ou Azure, la possibilité d’intéragir avec Azure Data Factory depuis SSIS, des nouvelles fonctionnalités de « Data Vizualisation » dans SSRS et la possibilité de publier des .rdl dans le site Power BI. Du nouveau également dans SSAS Tabular puisque les relations « many to many » seront supportées et enfin des évolutions autour de SSAS multidimensionnel et MDS.

Concernant les outils « Front », une nouvelle version d’Excel dans Office 2016 est à venir où Power Query va maintenant être natif à Excel, la possibilité maintenant de créer un rapport Power View sur des cubes SSAS multidimensionnels et d’autres fonctionnalités qui seront probablement annoncées bientôt.

 

Ce qui reste à améliorer :

La BI MS a encore de beaux jours devant elle, par contre l’offre peut paraître encore « décousu » et pas forcément simple à comprendre tant au niveau des usages, que du mode de licensing.

Par exemple, si l’utilisateur demande une publication de son modèle « Power Pivot » dans SharePoint, on s’aperçoit que le mode de licencing est complexe et qu’il faut composer entre les licences d’Excel 2013, de SQL Server mais aussi de SharePoint.

De plus, il faut un travail important de pédagogie envers l’utilisateur qui ne comprend pas pourquoi il y a autant d’offres. Par exemple, il peut être perdu avec les outils de « Data Vizualisation »: SSRS, Datazen, Power View…. donc il faut lui expliquer les correspondances qu’il y a entre les usages qu’on peut en faire et les outils associés.

Enfin, dans un composant comme Power View qui est distribué à la fois dans Excel et SharePoint On-premise, il peut y avoir des petits plus qui sont dans l’un mais pas dans l’autre, par exemple l’export vers Power Point qui n’est que dans SharePoint. De plus les composants Power BI d’Excel 2013 et du Power BI Designer ont été découplés mais les fonctionnalités sont beaucoup plus avancées dans le dernier.

 

Pour conclure :

Comme on vient de le voir avec les outils de « Data Vizualisation », les enjeux à venir de Microsoft vont être de les faire converger pour en faire une offre homogène, multi-usage, en plus d’être muti-device et cross-platform.

De même, une convergence entre le cloud et le « On-Premise » doit continuer à s’installer autour de l’hybride : faire en sorte homogénéiser les outils, les échanges de données ou de process inter plateformes, où tout sera transparent pour les développeurs, administrateurs, DBA, Data Manager ou Stewardship, Business Analyst, Power User, et utilisateur final, et où ils ne s’apercevront plus de la différence entre concevoir ou consommer de la BI sur un PC ou un mobile, « On-Premise » ou dans le cloud.

 

 

Sébastien MADAR

MVP SQL Server

 

 

Microsoft Ignite 2015 – SharePoint Online and OneDrive for Business Management and Control – Mercredi 6 mai

Microsoft Ignite 2015 – SharePoint Online and OneDrive for Business Management and Control – Mercredi 6 mai

SharePoint Online and OneDrive for Business Management and Control
Code : BRK3123

Par Adrien,
Pôle SharePoint MCNEXT

• Niveau : 300
• Cible : IT Influance & implementers
• Présentateur : Chris Bortik, Productivity Architect Microsoft

Lire la suite

Microsoft Ignite 2015 – A new experience in Delve : Discover People through content, and content through people – Mercredi 6 mai

A new experience in Delve : Discover People through content, and content through people
Code : BRK2176

Par Adrien,
Pôle SharePoint MCNEXT

• Niveau : 200
• Cible : IT Decision makers

Comment trouver la bonne information et la bonne personne rapidement ?
Delve permet de savoir ce qui se passe autour des personnes avec lesquelles on interagit.
Delve permet de localiser des expertises en s’appuyant sur son réseau.
Cette session montre comment Delve permet d’avoir une vision 365° des personnes constituant son réseau.
Beaucoup d’éléments présentés ici ne sont pas encore en production sur Office 365 actuel, il faudra attendre les prochaines releases.

Lire la suite

Microsoft Ignite 2015 – Yammer for team Collaboration – Mercredi 6 mai

Yammer for team Collaboration
Code : BRK2190

Par Adrien,
Pôle SharePoint MCNEXT

• Niveau : 200
• Cible : IT Influencers and Implementers
• Présentateurs
○ Jay Sethna : Product Marketing Manager, Yammer
○ Lindsay Matthews : Senior Product Manager, Yammer (Microsoft)
Dans cette session, on montre comment utiliser Yammer pour le travail d’équipe, comment rendre la collaboration plus intelligente et efficace tout en mesurant son impact sur les autres.
Il y a également des présentations de nouvelles fonctionnalités.

Lire la suite

Microsoft Ignite 2015 – Building Solutions with Office Graph – Mardi 5 mai

Building Solutions with Office Graph
Code : THR0726

Par Adrien,
Pôle SharePoint MCNEXT

• Niveau : 300
• Cible : Enterprise Developper
• Présentateurs : Helge Grenager Solheim, Jon Meling
In this demo packed roadmap session, we’ll take a closer look at Office Graph – the engine powering Delve. We’ll explain how Office Graph works behind the scenes and showcase how to query it to bring new insights and intelligence into your own apps. We’ll also demonstrate how you in the future can push external content and signals into the Office Graph from Line of Business systems and 3rd party services to enrich it even further.

Lire la suite

Microsoft Ignite 2015 – Microsoft Office 365 Video End-to-End Portal Setup for Admins – Mardi 5 mai

Microsoft Office 365 Video End-to-End Portal Setup for Admins
Code : ILL3101

Par Adrien,
Pôle SharePoint MCNEXT

• Niveau : 300
• Audience : IT Influencers and Implementers
• FORMAT : Lab
Join Mikael as he takes you step-by-step from not having a video portal within your Office 365 environment to establishing your ready-to-go Office 365 Video destination with channels and permissions intact. This instructor-led lab walks you through how to enable the portal so it shows up in the main Office 365 app launcher, shows you how to create new channels and properly assign both ownership to each channel and apply desired permissions, and finally how to upload and curate video content for the broadest outreach within your company. This is a very hands-on approach to learning and controlling Office 365 Video.

Lire la suite

Microsoft Ignite 2015 – Office 365 Groups – Overview & Roadmap – Mardi 5 mai

Office 365 Groups – Overview & Roadmap
Code : BRK2114

Par Adrien,
Pôle SharePoint MCNEXT

Niveau : 200
Cible : IT Decision Makers
Présentateurs : Amit Gupta, Christophe Fiessinger

Office 365 Groups helps you collaborate by easily bringing together your colleagues and the applications you need to get work done. Office 365 Groups leverages a standard definition for team membership and permissions across Microsoft Exchange, SharePoint, and later Skype for Business, Yammer and the rest of Office 365, managed through Microsoft Azure Active Directory. This session provides an overview of Office 365 Groups, demonstrates its capabilities today, and provides a roadmap for future investments.

Objectif :
How to work together in Office 365

Lire la suite