Le Post Infeeny

Les articles des consultants et experts Infeeny

#SPC2012 : Accessing Customer Environments : Preparing to Upgrade or Migrate to SharePoint 2010/SharePoint 2013

Session de 13h45 à 15h James Petrosky, SharePoint Architects Kimmo Forss, SharePoint Architects

Cette session va être orientée sur l’organisation et la stratégie à mettre en place lors des migrations, et non les aspects très technique ni les commandes PowerShell (ça tombe bien, on les a déjà vu dans une session précédente). La migration dans cette session et soit une migration vers une nouvelle version de SharePoint, soit vers une nouvelle plateforme (Office365 par exemple).

Les questions qu’il faut se poser :

–  Pourrais-je upgrader ? Faut-il que j’upgrade ? Comment et vers où j’upgrade (Cloud, Online) ? Quel est le retour sur investissement à faire la migration ? Bref : « Should I stay or should I go ? »

Concernant le contenu, une question importante à se poser : dois-je migrer tout mon contenu ou bien en profiter pour faire un tri ? En effet, il est bien souvent nécessaire de revoir l’organisation de la structure et des données (meta-données par exemple) et non de migrer et repartir sur une base non adapter à notre entreprise.

Les points à ne pas oublier lors d’une migration :

  • Storage requirement
  • Customizations & Missing files (customisation de la  definition de site par exemple)
  • La disparition de certaines fonctionnalités entre les versions
  • Les sites orphelins
  • Les changements de la plateforme (Search, OWA en serveur indépendant de SharePoint)
  • Les méthodes d’authentification : (Classic, Claims…)

Si on passe vers une version Office 365, il ne faut pas oublier qu’on ne pourra pas faire les mêmes choses :

  • La personnalisation et les développements spécifiques (managed code) ne pourront pas toujours être porté. Même cas pour les composants achetés : sont-ils compatibles ? As-t-on le code source ? Une modification pourrait annuler le support de l’outil. Un sondage est fait à main levé dans la salle afin de savoir si il y a beaucoup de personnes qui a du développement spécifique dans SharePoint (un certain nombre lève la main). La question est maintenant sur le nombre de personne qui ne savent pas où peut être le code source de ces développements spécifique : encore beaucoup de mains en l’air ; inquiétant.
  • Attention aussi aux quotas associés qui peuvent être différents.
  • La connexion vers d’autres systèmes : le site SharePoint qui se connecte à des systèmes d’information de l’entreprise par exemple.
  • Les outils spécifiques qui peuvent utiliser SharePoint. Par exemple si le scanner de la société upload les documents dans SharePoint, après la migration le scanner ne fonctionnera plus car il faudra le modifier pour le faire fonctionner avec Office 365.
  • Et si aujourd’hui la migration est envisageable par rapport à mon existant, les besoins de demain seront-ils toujours compatible avec Office 365 ?

En cas de doute, ne pas hésitez à commencer par un POC. Testez, testez et encore testez, ce sont les mots clés 😉

Après les mises en garde, SharePoint Online propose bien sûr pleins d’avantages :

  • Une grande haute disponibilité,
  • La reprise en cas de crash (backup, restore…),
  • La maintenance de la plateforme et l’application des patchs de sécurités,
  • La performance,
  • Potentiellement les dernières versions des produits (Exchange2013 par exemple),
  • Les coûts peut-être plus adaptés (en fonction du cas d’utilisation)

Concernant l’organisation, les questions à se poser :

  • Quel département ou filiale possède son propre environnement (cas de grande firme) ?
  • Qui a accès aux environnements, qui le gère ?

A cela il faut donc mettre en place une montée en compétence de son organisation vers la nouvelle plateforme, autant pour les équipes opérationnelles, pour les développeurs, mais aussi pour les équipes d’infrastructure et maintenance.

Il est conseillé de prendre la migration d’une ferme comme un projet à part, avec une personne responsable qui détient les compétences et l’expérience adéquates. Il est préférable que cette personne soit en interne dans la société (possédant ainsi une meilleure confiance par sa hiérarchie). Il est important de se faire conseiller par des experts connaissant les différents scénarii et évidemment d’avoir le support du sponsor (ça va de soi) mais de l’IT et des business Units.

Toujours mesurer le risque de la migration.

Une application est montrée « SP Assessment » qui permet d’analyser la migration en posant des questions. Exemple : « Quel est votre environnement (OnPremise, Online…) », « Avez-vous des développements spécifiques », « Avez-vous accès à l’environnement »…  Pour chaque question, une réponse à choisir parmi plusieurs et permet d’aboutir sur des questions connexes. A chaque réponse, il y a un lien à disponible vers msdn ou bien sur une explication particulière. A la fin, on obtient le score et le résultat : « Votre migration est risquée ». Un fichier texte est généré et permet de mettre en évidence des recommandations. L’application de questions/recommandation utilise un fichier xml qui peut être personnalisé (ce qui permet de mettre à jour les questions). L’application est pour le moment un prototype mais parait très prometteuse.

Une session qui permet de rappeler qu’une migration ne doit pas être prise à légère !

Jérôme

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :