Le Post Infeeny

Les articles des consultants et experts Infeeny

Leveraging AlwaysOn in SQL Server Denali with SharePoint 2010

Session animée par Bill Baer (Senior Technical Product Manager)

Disponibilité : Niveau de service explicite ou implicite.

Denali est supporté (sachant que c’est encore une CTP) avec SharePoint 2010 uniquement si le SP1 est installé.

Denali peut être installé sur Vista SP2, Server 2008 SP2, Server 2008 R2 SP1 et Windows 7 SP1.

Un tableau sur les différents niveaux de service proposés actuellement par SQL Server est présenté mais aucun niveau ne garanti une disponibilité à 100%.

Le niveau le plus disponible est mis en oeuvre grâce au Database Mirroring mais sans support pour d’avoir plusieurs serveurs secondaires immédiatement lisibles.

La fonctionnalité AlwaysOn de Denali apportera la disponibilité à 100% en garantissant le zéro perte de données.

Cette fonctionnalité sera disponible aussi bien via les installation On-Premise qu’avec les Clouds privés et publics.

Il y aura 2 versions de AlwaysOn : les « Availaibity Groups » et les » Failover Cluster Instances ».

La 1ère version s’applique au niveau de la base de données alors que le second s’applique au niveau de l’instance SQL.

La mise en oeuvre ne nécessitera pas d’équipements particuliers et peut dores et déjà fonctionner sur les SAN et DAS existants au sein des entreprises.

AlwaysOn nécessitera obligatoirement la mise en oeuvre d’un cluster fonctionnant sous Windows 2008 ou Windows 2008 R2.

Il est également recommandé d’installer les patchs KB976097 (Windows 2008) et KB2494036 (Windows 2008 R2).

Les instances SQL qui hébergent les « Availaibility Groups » doivent obligatoirement utiliser les mêmes Collation.

Une fonction intéressante est la possibilité de mettre en place un cluster sur des sites géographiques différents et de pouvoir installer Denali sur une version Windows Core (sans interface graphique d’administration).

Les « Availaibility Groups » combinent l’utilisation du Log Shipping et du Database Mirroring pour assurer la haute disponibilité.

Le fonctionnement peut se faire de manière synchrone ou asynchrone, permet d’effectuer une bascule de manière automatique ou manuelle, peut réparer automatiquement les pages de données SQL, permet de crypter et compresser les données.

Plusieurs bases de données peuvent être ajoutées au sein d’un même groupe (dans un contexte SharePoint, toutes les bases de contenu d’une WebApp par exemple).

System Center permet de pouvoir superviser le fonctionnement et des assistants et tableaux de bords sont fournis pour gérer plus simplement son déploiement.

Les serveurs secondaires peuvent être utilisés pour lire les données (et donc améliorer les performances) et effectuer les sauvegardes. On parlera alors de serveurs secondaires actifs.

D’un point de vue architecture, des noms virtuels sont utilisés pour accéder aux instances afin qu’en cas de crash, la bascule vers un autre noeud du cluster soit fait de manière transparent vers l’un des serveurs secondaires qui sera disponible.

La configuration peut se faire via T-SQL, Powershell, des assistants ou la console d’administration du cluster (ces outils sont complémentaires les uns des autres sur certaines parties).

L’utilisation du mode asynchrone implique des considérations particulières lorsqu’il est utilisé avec SharePoint 2010 (impact sur le moteur de recherche, impact sur les bases de contenus…).

Le mode recommandé est le mode synchrone notamment lorsque l’on veut une redondance locale dans un datacenter.

Un exemple est pris avec une ferme SharePoint basée en Floride, que l’on veut répliquer en Californie mais également sauvegarder au Texas. L’utilisation des « Availaibility Groups » permet de mettre en oeuvre un tel scénario.

Dans le cas d’utilisation d’un serveur secondaire actif, il est possible d’inverser les rôles (le secondaire devient primaire en lecture/écriture) et la bascule est quasi instantanée.

Il est possible sur Denali de définir des stratégies (via une procédure stockée système) permettant de savoir quand et comment basculer un serveur. Cela permet notamment d’éviter les faux positifs en cas de micro coupures réseau par exemple.

L’utilisation de la version Windows Core pour installer Denali permet de diminuer de 50 à 60% l’application de patchs sur l’OS.

SharePoint 2010 ne supporte pas la fonction multisite et il est fortement recommandé de ne pas utiliser le mode asynchrone pour garantir l’intégrité des données des bases de contenus.

Il est temps de passer aux démos ou Bill nous montre son cluster SQL à travers des connexions Terminal Server et montre notamment la notion de nom virtuel qui permet de s’affranchir des noms physiques des machines.

La console d’administration SQL s’enrichie de nouveaux dossiers et assistants pour gérer les « Availaibility Groups » et des icônes particulières apparaissent quand une base de données fait partie d’un groupe.

Il est également montrer comment effectuer certains paramétrages avancés depuis la console d’administration du cluster et plus particulièrement la gestion de dépendances entre le nom virtuel, l’adresse IP, etc…

Il démontre ensuite qu’il est possiblede créer de nouvelles bases de données associées au serveur SQL via le nom virtuel associé au cluster.

Retour dans la console SQL pour ajouter la base de données qui vient d’être créée dans un groupe. L’assistant nous indique qu’il faut d’abord effectuer une sauvegarde complète de la base de données pour pouvoir continuer. L’assistant guide ensuite l’utilisateur pas à pas pour ajouter la base de données dans un groupe, gérer les réplicas, etc… L’assistant est relativement convivial et simple d’utilisation.

Erreur à la fin de l’assistant mais c’est normal, c’est dû à la version CTP de Denali qui a des soucis pour activer la fonction via la console SQL. La méthode de contournement est d’arrêter et redémarrer le service SQL en précisant /T9532 à la fin de la commande NET START (pour redémarrer le service).

Bill va publier (si ce n’est pas déjà fait) la procédure ci-dessus sur son blog pour les personnes qui voudraient tester cette fonctionnalité.

Pour les personnes qui veulent administrer leurs serveurs via Powershell, MS a mis à disposition sur le site Powershell Resource Center une application Silverlight qui permet, via une interface clic-bouton, de générer les commandes Powershell nécessaires à l’administration de son environnement.

On voit notamment qu’il est possible d’avoir des commandes spécifiques à SharePoint pour effectuer toutes les tâches classiques d’administration (gestion des collections, sauvegarde, restauration, recherche, mise à jour…).

La session se termine en passant en revue les autres options de création de réplicas, de sélection des modes de fonctionnement (synchrone ou asynchrone), etc…

Une session intéressante dans l’ensemble et qui appelle à tester nous même la fonction AlwaysOn de Denali pour voir comment l’implémenter sur de futurs projets pour nos clients.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :